La famille Arpin HERITAGETRADITION

La famille Arpin

8 générations de Maîtres Lainiers

Reportage vidéo réalisé par l'agence propaganda73

Tout commence en 1817, avec l’alliance de deux hommes, issus d’une même famille...

Alexis et Jean-Baptiste Arpin décident d’ouvrir leur atelier à Séez Saint-Bernard, alors que la Savoie n’est pas encore française, au bord du torrent Le Versoyen. A leurs débuts, ils n’hésitent pas à s’équiper de métiers mécaniques fonctionnant avec une roue à aube, le summum du progrès à l’époque.

Sur l'initiative de Jean-Baptiste Arpin, les travaux de « la Fabrique » débutent à Séez Saint-Bernard. Jean-Baptiste fait appel à son beau-père François Griotteray pour apporter caution et assistance. Et depuis ce jour, peu de choses ont changé dans cette entreprise savoyarde située aux portes de Bourg Saint-Maurice. Dernier "Maitre Lainier" en activité à la fabrique, Jacques Arpin représente la 8ème génération de Maîtres Lainiers qui se sont succédés dans ce lieu d'exception.

Héritage

Bientôt 200 ans d’histoire

La laine, le fil, le Drap de Bonneval, les Alpes, la chaleur, la douceur ... Quelques mots suffisent pour esquisser les contours de l'univers Arpin. Des mots qui bercent l'oreille, que l'on sillonne la ville ou les chemins de montagne. Ils rappellent surtout toute la singularité de la Filature Arpin qui a choisi de prendre le temps de faire les choses à son rythme, selon ses propres convictions.

C’est là, aujourd’hui encore, que sont confectionnées les superbes créations Arpin, symbole d’un style incomparable, référence incontournable pour ceux qui « vivent » et aiment la montagne dans leur quotidien ou dans le cadre de leurs loisirs.

La laine travaillée est issue des moutons des 4 vallées environnantes (Tarentaise, Beaufortain, Maurienne et Val d’Aoste). Les étapes de fabrication, toujours les mêmes depuis près de deux siècles (entre 17 et 24 selon les tissus), sont effectuées sur des machines désormais classées à l’inventaire du Patrimoine National. Installée au bord du cours d’eau « le Versoyen » qui fournit l’eau nécessaire à la production d’électricité et au lavage de la laine, la Filature a toujours respecté un environnement, source de tant de richesses.

Tradition

Le tissage Arpin issu d'une tradition ancestrale dans la haute tarentaise

Le tissage dans la Haute Tarentaise est une tradition qui remonte au delà du 17ème siècle. La famille Arpin s’illustre dans ce travail avec Jean-Baptiste Arpin qui investit cette activité au début du 19ème siècle.

Le Drap de Bonneval, première production de la filature Arpin, doit son nom au « Pape de Bonneval-sur-Arc » (Haute-Maurienne), célèbre guide de haute montagne dans les années 1800. Pierre Blanc (1842-1914), fils de Blanc le Greffier, l’un des premiers guides de haute montagne, appréciait les qualités du Drap de Bonneval et s’en est fait le colporteur dans la vallée et au-delà.

Aujourd’hui, même si le tissage et le filage se sont modernisés, la production continue comme autrefois au rythme des saisons. La laine est achetée aux éleveurs locaux après la tonte d’automne.

 

Chronologie

Développement de la fabrique et des produits

L’esprit Arpin devient incontournable